Personne âgée bien traitée

La bientraitance des personnes âgées

Faute de temps, de moyens ou de formation, l’accompagnement des personnes âgées dépendantes peut malheureusement basculer facilement dans la maltraitance ordinaire. La notion de bientraitance a pour but d’éviter ce basculement en entretenant une culture du respect des besoins de la personne dans les métiers de services, d’aides et de soins à domicile ou en établissement.

Qu’est-ce que la bientraitance et qu’entend-on par « maltraitance » ? AMA Campus vous aide à y voir plus clair.

Qu’est-ce que la bientraitance ?

La bientraitance est une notion définie par l’HAS (Haute Autorité de Santé) comme une démarche globale de prise en charge du patient qui promeut le respect de ses droits et libertés. Elle a pour finalité le bien-être de la personne âgée, dans le respect de sa singularité, de sa dignité et de son histoire.

Pour l’ANESM (Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux), il s’agit précisément d’identifier le meilleur accompagnement possible de la personne, en fonction de ses choix et de ses besoins.

La bientraitance est un droit inscrit dans la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV) promulguée en 2015.

Comment être bientraitant ?

La démarche de bientraitance inclut de :

  • Favoriser et prendre en compte l’expression des personnes aidées
  • Chercher à répondre au mieux à leurs besoins et à leurs demandes
  • Respecter les droits des personnes, leurs choix et leurs refus

Être bientraitant, c’est notamment remettre en cause certains automatismes de métier afin de personnaliser la prise en charge des personnes dépendantes.

Non seulement l’écoute, mais aussi la recherche volontaire de l’avis de la personne prise en charge à domicile ou en en établissement sont des attitudes clefs de bientraitance. Elles impliquent d’être aussi particulièrement attentif à la communication non-verbale (regard, gestes, posture).

Pourquoi faire une formation sur la bientraitance ?

La formation à la bientraitance des personnes âgées est incontournable pour les professionnels exerçant leur activité au contact de séniors et de personnes vulnérables.

Cette formation a pour but l’enseignement des pratiques bienveillantes, mais aussi la détection des situations à risques et la prévention des différentes maltraitances : physique, psychologique et financière.

AMA Campus propose une formation en ligne de 20 heures à la bientraitance des personnes âgées. Cette formation est éligible au CPF et s’adresse à tout public intervenant auprès des personnes âgées, aux aidants familiaux, ainsi qu’aux auxiliaires de vie / ADVF.

Cette formation vise à vous apporter les compétences théoriques et pratiques et les outils vous permettant d’améliorer votre manière d’accompagner la personne âgée.

Ses objectifs :

  • Comprendre la notion de bientraitance et la mettre en pratique
  • Repérer la maltraitance et ses mécanismes
  • Savoir réagir face à une situation de maltraitance
  • Travailler sur les signaux d’alerte et mettre en place des attitudes individuelles ou collectives de prévention

Charte de la bientraitance

Avec la charte de bienveillance, l’HAS et la FORAP (fédération des organismes régionaux et territoriaux pour l’amélioration des pratiques et organisations en santé) mettent à disposition des établissements un outil de réflexion et de partage de valeurs professionnelles. La charte comprend 10 items fixes, illustrés de manière personnalisée par chaque établissement.

Qu’est-ce que la maltraitance ?

La maltraitance des personnes âgées inclut différents types de violences :

  • Physiques
  • Morales et psychologiques
  • Médicamenteuses
  • De négligence active ou passive
  • De violation des droits et libertés
  • Financières

Mais la bientraitance s’oppose aussi à la notion de maltraitance ordinaire, qui résulte d’une automatisation et d’une dépersonnalisation des gestes de soins et d’accompagnement. La maltraitance ordinaire peut être d’ordre individuel ou d’ordre organisationnel. Elle peut être le fait :

  • De comportements inadaptés de la part de professionnels ou aidants qui ne sont pas à l’écoute de la personne ni de ses proches, qui ne respectent pas sa pudeur et sa dignité ou qui, en ignorant la personne âgée, la déshumanisent.
  • D’une organisation défaillante de l’établissement ou de l’agence d’aide à domicile qui entraîne un manque de disponibilité du personnel, un rythme de soins non adapté, un manque de temps pour être à l’écoute des personnes aidées, un non-respect du droit fondamental des patients à l’information.

Quels sont les signes de maltraitance ?

Certaines attitudes chez la personne âgée dépendante peuvent être des indicateurs de maltraitance :

  • La peur ou la méfiance
  • Les signes de dépression (manque d’appétit, insomnie…)
  • L’apathie ou le calme excessif
  • Des ecchymoses non expliquées

Les facteurs de risque de la maltraitance

Les facteurs de risques sont à surveiller du côté des aidants comme des personnes aidées.

Facteurs de risques selon le contexte professionnel :

  • La surcharge de travail
  • Les dysfonctionnements organisationnels dans l’établissement ou au sein d’une équipe d’aides à domicile
  • Un personnel mal formé

Facteurs de risques liés au profil de l’aidant familial :

  • Mauvaise préparation
  • Fragilité psychologique
  • Difficultés financières
  • Isolement

Facteurs de risques selon la situation des personnes âgées :

  • Personne très dépendante (dont l’aide entraîne une surcharge de travail pour l’aidant familial)
  • Recevant l’aide exclusive du même aidant depuis longtemps
  • Non autonome financièrement
  • Sujette aux troubles du caractère (démence)
  • Isolée socialement

Comment prévenir la maltraitance des personnes âgées ?

Savoir détecter les signes de maltraitance et les situations à risque est l’un des enjeux principaux des formations à la bientraitance. À travers des formations comme celle proposée par AMA Campus, est visée la sensibilisation de tous les acteurs, particuliers et professionnels, intervenant auprès des personnes dépendantes ou âgées.

Des recommandations de bonnes pratiques sont régulièrement publiées par l’ANESM. Le réseau de lutte de contre la maltraitance Fédération 3977 remplit par ailleurs des missions de conseil et d’orientation pour les familles.

Certaines pathologies constituant des facteurs de risques de maltraitance, les associations France Alzheimer et France Parkinson participent elles-aussi à la prévention de la maltraitance des personnes âgées.

Vous pouvez téléchargez le catalogue d’AMA Campus pour découvrir des formations ciblées comme le module Référent Alzheimer ou celui consacré à la gestion de l’agressivité.

En savoir plus

Sur la maltraitance ordinaire 

Sur les recommandations de l’HAS pour la bientraitance

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *